AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 Premier Envol [Solo] [Quête]

AuteurMessage
avatar
Codeur
Expérience : 50
Age HRP : 20
Localisation : Maina
Smiley face
MessageSujet: Premier Envol [Solo] [Quête]   Jeu 23 Fév - 11:47

Avant propos : Lire l'histoire du personnage n'est pas obligatoire mais peut vous aider à comprendre certains points. Faites comme bon vous semble.




Isis Nayu - Premier envol (I)

Le 23 Février 1656


Avec :

Absolument personne.




Avec un mentor comme ça...


La nuit était très calme dans la métropole de Maina. Aussi calme que ce qu’on peut espérer d’une nuit d’hiver. Quelques badauds sortaient des tavernes ici et là, créant un peu d’animation. Quelques chariots passaient et ramassaient parfois quelques flâneurs pour les ramener chez eux. Mais sinon, le calme, aucun bruit, mis à part les crépitements des lampadaires. Vue des hauteurs, la ville donnait l’impression d’un magnifique ciel étoilé étalé tel un tapis sur le sol.

Isis, cependant, n’était pas très friande de ce spectacle. Elle est même déçue de ne pas pouvoir voir le vrai visage de la nuit, véritable cadeau d’Alina, la pollution lumineuse empêchant de voir toutes les astres présents dans le ciel. Elle aimerait tellement éteindre chacune de ces lampes et rendre la ville à la nuit. C’est vrai ça, si le jour peut voir Maina, pourquoi la nuit ne pourrait-elle pas en profiter aussi ? Toujours est-il que ce soir-là, Isis avait d’autres chats à fouetter. Elle avait un contrat et comptait bien le remplir. Après tant d’efforts pour en débusquer un, elle ne pouvait se permettre d’échouer. C’était quelque chose de relativement simple mais il fallait bien commencer quelque part. Elle s’engouffra ainsi dans une ruelle sombre où elle retrouva un vieil homme semblant l’attendre.

- Bon alors Joseph, tu t’es renseigné ? Il faut que je finisse mon contrat ce soir !
- Heu hé ouais, eh. Enfin ouais, eh… Euh, c’était quoi le nom de la boutique déjà ?
- Rah, steuplait, joue pas au plus sénile avec moi, j’ai pas que ça à faire !
- Mais j’me fais vieux, eh… J’ai parfois besoin qu’on me rafraîchisse la mémoire, eh.
- Les bijoux de Michel, allez, grouille !
- Mais attends, je ne sais plus, eh...
La voleuse sortit sa bourse et plaça deux pièces dans la main du vieillard.
- Ah oui ça me revient, eh ! Donc si j’dis pas de bêtise eh… Ils ont deux boutiques, eh, ils se sont récemment implantés dans les quartiers plus chics, eh. D’ailleurs il paraît qu’ils ont reçu un colis spécial là-bas, eh.
- Les quartiers chics à l’est ? Donc c’est là-bas que je dois aller. Franchement tu pourrais faire un effort quand même, je ne suis personne pour toi ?
- Si : mon unique gagne-pain, eh.

Isis quitta la ruelle, frustrée et laissa son mentor seul. Elle se dirigea donc vers les portes de l’est où elle retrouva, après avoir tourné en rond pendant une bonne demi-heure, la boutique qu’elle cherchait. Elle ressemblait à une échoppe de taille très modeste mais avec des décorations nettement plus présomptueuses. Un grand rideau bloquait la vue de l’intérieur de la boutique. Isis pouvait voir un garde non loin chargé de surveiller les environs, celui-ci regardait la voleuse d’un air interrogatif. Camouflée sous sa cape, Isis emprunta une ruelle en espérant que le garde ne la suivrait pas. Mais les bruits de bottes semblaient indiquer le contraire, Isis dut réfléchir à la méthode à suivre. Devait-elle le confronter ? Devait-elle profiter des ombres pour se camoufler ? Finalement, elle décida de se cacher derrière une poubelle. Le cœur serré, Isis entendait et sentait que le garde n’était pas très loin. Il était maintenant tout proche… « Oh et puis merde, j’suis pas assez payé pour ça. » Le garde s’éloigna, alla se positionner dans une autre rue et la voleuse laissa échapper un soupir de soulagement.

Après ce petit contretemps, Isis prit le temps d’examiner la boutique depuis la ruelle. Un carreau brisé à l’étage du magasin interpella la jeune femme : cela semblait être une bonne piste pour s’infiltrer dans la boutique, cependant elle ne pouvait plus se permettre de foncer tête baissée maintenant qu’elle devait s’occuper de deux personnes. Il fallait savoir être discret. Isis ferma les yeux et joignit ses mains.
- « Novera »
Une dague apparut dans les mains de la voleuse, une forme sembla se former dans sa capuche et un ronronnement se fit entendre. Après quelques secondes, se distinguait sur ses épaules la fourrure d’un chat noir baillant encore aux corneilles.
- Bonjour mon petit Su’…
Le chat répondit en frottant sa tête contre celle de sa maîtresse.
- Désolée de te déranger maintenant mais j’ai besoin de toi.

Isis se cacha dans un coin avec Su’, à l’abri des regards, donnant l’air d’être une simple clocharde dormant dans une ruelle. Elle regarda Su’, ferma les yeux et l’instant d’après elle voyait son propre visage endormi. Elle s’éloigna de son corps sans âme, vérifia que rien ne venait, jeta un dernier œil à son enveloppe initiale inanimée puis entreprit d’escalader la façade de la boutique pour atteindre la fenêtre fracturée. Elle avait perdu l’habitude de se retrouver dans le corps de son chat, c’était toujours une sensation très particulière. Cependant certains réflexes étaient encore présents et de ce fait, grimper le long de cette structure était relativement simple. Le plus compliqué était de rentrer sans se couper sur les bords tranchants du verre brisé, ce qui est particulièrement complexe quand vous contrôlez un corps qui ne vous appartient pas.

-- TO BE CONTINUED





Dernière édition par Isis Nayu le Ven 3 Mar - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Codeur
Expérience : 50
Age HRP : 20
Localisation : Maina
Smiley face
MessageSujet: Re: Premier Envol [Solo] [Quête]   Sam 25 Fév - 13:08






 
Isis Nayu - Premier envol (II)

 
Le 23 Février 1656

 

 
Avec :

 
Absolument personne.



 
 
En shopping

 

Su’, ou plutôt Isis, était enfin à l’intérieur. La salle dans laquelle elle se retrouvait était assez sombre, mais la lueur de la lune éclairait partiellement la pièce. Pour une fois elle avait de la chance, il y avait bien quelqu’un ici, assis dans un fauteuil, mais les ronflements qui en émanaient pourrait s’entendre à l’autre bout de la rue. A première vue, le personnage ressemblait à une espèce de garde gigantesque. Apparemment, ceux de la ville ne sont pas les seuls à être sous-payé. Après un examen un peu plus approfondi, Isis ne remarqua rien d’intéressant dans cette pièce qui ressemblait à une chambre de repos. Cela dit, sous les ronflements assourdissants du garde, notre chapardeuse distingua des voix provenant d’une pièce voisine. Elle sortit de la première salle pour se rendre dans le couloir et écouter ce qu’il se dit.

- …oser ici ! Ça a beau être le quartier le plus chic de jour, c’est le plus dangereux de nuit !
- En parlant de la ville la plus dangereuse du continent, je ne sais pas si ça un réel impact. *Puh*
- Mais enfin Michel, on ne pouvait pas prendre le risque de le laisser ici ! L’autre gros lard pionce tout le temps et est incapable de voir passer un éléphant ! C’est pas la boutique la plus sûre.
- Bah bravo tiens… Bon déjà tu vas me faire le plaisir de prendre tes responsabilités et tu vas le virer le gros Bruno.*Puh*
- Mais il va me défoncer ! Je frôle la mort à chaque fois que j’engage la conversation avec lui ! Qui plus est, si j’avais plus d’argent à ma disposition, je serais en mesure de le payer convenablement et cet endroit serait déjà un peu plus sûre !
- T’auras de l’argent quand t’arriveras à m’en rapporter. Pour l’instant tu me fais penser qu’ouvrir cette deuxième boutique était une erreur ! *Puh* Donc du coup espèce de gros malin, où est-ce que t’as planqué le colis ?
- J’ai vachement eu le choix, quasiment tout le quartier était au courant de la présence de cette « mystérieuse gemme aussi belle qu’une nuit de ciel étoilé et aussi grosse que le poing »

Isis se retenut de pousser un cri devant une telle révélation. Il existerait des joyaux pareils dans le monde ? Et qu’est-ce qu’une petite boutique en pleine expansion fait avec du butin aussi reluisant ? Il cherche à attirer toutes les guildes noires de la ville ou quoi ? Le patron reprit :

- Tu sors ça d’où ??
- C’est une habitante qui faisait du commérage qui a fait cette description
- (S’énervant) Ca ne répond pas à ma question initiale. *Puh*
- Bah euh… comment dire…
- (Enervé) Écoute-moi bien gros malin, toi tu joues peut-être ton emploi sur cette affaire mais moi j’y joue ma vie. Si jamais la pierre vennait à disparaitre, je ferais en sorte de t’emporter avec moi ! Ne me fais pas coup foireux là ! Où est la pierre ?

Le dénommé Michel avait attrapé son interlocuteur par le col. Ce dernier n’eut pu lui répondre qu’avec un murmure à moitié étranglé, ne laissant pas la possibilité à Isis d’entendre la position de la gemme qu’elle convoite. L’homme fut jeté par terre, il desserra son col pour pouvoir respirer librement.
*Puh*
La voleuse ne voyait pas le visage du patron, mais elle pouvait deviner grâce à l’ambiance que celui-ci ressentait une profonde colère mais aussi une terrible peur. Elle avait du mal à cerner ses mots. Il joue sa tête ? C’est assez étrange que quelqu’un soit menacé si une commande n’est pas respectée, elle commençait à se demander si c’était une bonne idée… Mais d’un autre coté…

Isis se remémora son contrat. Il était assez étrange pour tout dire : il était demandé de voler un joyau important, mais le commanditaire ne savait pas exactement lequel. La récompense était fournie après présentation de la pierre volée sauf que le commanditaire disait ne pas vouloir la garder et qu’elle pourrait la garder par la suite.  Si Isis pouvait mettre la main sur cette gemme elle aurait nettement moins de problème de confort pour les prochains mois ! Mais plus les choses avançaient, plus ça sentait l’entourloupe. Il y a quelque chose qui n’allait pas dans cette quête, mais au point où elle en était, c’était assez stupide de revenir en arrière.
*Puh*
Ce crachat, que le propriétaire avait lancé sans regarder où il allait atterrir, a bien failli tomber sur Mina, ce qui la surprit dans un premier temps, puis lui permit de se re-concentrer sur la conversation. Cependant, il n’y avait plus de conversation, juste un dirigeant furieux qui regardait avec insistance son employé qui était recroquevillé sur lui-même, esquivant le plus possible le regard de son patron. Le silence fut rompu par ce dernier…

- T’attends quoi Jérôme?

L’employé était désarçonné. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait et regardait de tous les côtés pour savoir ce que son supérieur lui voulait…

- BORDEL DE CUL ! QU’EST-CE QUE T’ATTENDS ?!? SI LA PIERRE EST LA-BAS, ALORS PERSONNE NE LA SURVEILLE !!

La rage était bien plus forte que précédemment, Michel avait ramassé son employé par le col. Celui-ci ne touchait plus le sol, il se faisait secouer d’arrière en avant. Cette dernière phrase rassura Isis. Alors la pierre n’était pas gardée. Cela rendait la chose nettement plus facile. Le problème, c’est qu’elle ne savait toujours pas où elle se trouvait. A nouveau, l’employé se retrouva par terre, sauf que cette fois il n’attendit pas plus longtemps pour décamper. Isis eut le temps de le voir venir et se retira le plus vite possible. Elle alla se mettre dans un coin dans l’obscurité. Avant de désactiver son pouvoir, elle surprit une autre conversation

- Beuh… Patron… Pour… Mon augmentation…
- Euh…Pfff… T’es viré.
- *SBAF* Pas dire… Bêtises !
- Peuh… Okay euh... T’es pas viré. Euh bientôt ton augmentation...

Isis sortit de son corps de chat pour reprendre son enveloppe corporelle originelle. Et Su’ se dématérialisa juste après. Dormir dehors n’était pas conseillé et à chaque fois qu’elle devait quitter son corps dans une ruelle, Isis comprenait bien pourquoi. Les nuits dans le désert sont froides et encore pire en hiver. Son corps était tout endolori, mais elle n’avait pas le temps de se plaindre. Elle vit sortir de la boutique le dénommé Jérôme. Elle comptait bien le suivre.

-- TO BE CONTINUED

 




Dernière édition par Isis Nayu le Mar 28 Fév - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Codeur
Expérience : 50
Age HRP : 20
Localisation : Maina
Smiley face
MessageSujet: Re: Premier Envol [Solo] [Quête]   Sam 25 Fév - 20:59






 
Isis Nayu - Premier envol (III)

 
Le 23 Février 1656

 

 
Avec :

 
Absolument personne.



 
 
Suivi

 
La nuit s’était assombrie, certains lampadaires se sont éteints car mal protégé contre le vent, ou alors simplement mal alimentée, laissant l’obscurité prendre place dans certaines rues. Jérôme se hâtais à toute allure dans les quartiers riches de Maina. Si jamais la pierre avait disparu, il se ferait égorger, il devait se hâter, et vérifier sa sécurité.
 
Malheureusement pour lui, un contretemps vint le ralentir : Une charrette accidentée (En pleine nuit ??) bloquait sa route, son contenu s’était renversé sur le sol. On aurait dit de la viande mais elle avait une forme assez étrange… Bon qu’importe se dit-il, il n’avait qu’à contourner par une ruelle, mais il y alla prudemment, les ruelles n’étaient pas du tout éclairé et souvent encombré, il est facile de trébuché, il y alla prudemment, doucement… doucement… Trop doucement se dit-il, c’est risqué de rester dans ces ruelles, il fallait qu’il se hâte. Mais dans sa soudaine précipitation, il ne vit pas la flaque d’huile sur laquelle il se trouvait, et tomba misérablement sur le sol.

- Foutue ville…

Il ne s’attarda pas longtemps. Sitôt relevé, il sorti de la ruelle et commença à courir avec prudence, sentant qu’il restait de l’huile sous ses chaussures. Dans le même temps, il avait l’impression qu’on le suivait, mais en regardant aux alentours, il ne voyait personne. Peut-être se faisait-il des idées ?

Un peu plus tard, il finit par arriver. Enfin. Il était rentré chez lui. Il allait enfin pouvoir mettre cette foutue pierre en sécurité. Ce qui l’inquiéta c’est que du coup, il allait devoir faire nuit blanche. Mais bientôt, c’était une autre inquiétude qui prit place, bien plus terrifiante.

Les clés…

La terreur se lisait sur son visage, il fouilla ses poches pour les retrouver, mais aucune trace d’elles… Les a-t-il oubliées ? Mais merde, il n’avait plus le temps pour ces conneries. Si on l’avait suivi, on risquait de rentrer chez lui pendant qu’il retournait à la boutique, le risque est trop grand, il fallait qu’il rentre maintenant, quoi qu’il en coûte

Jérôme commença donc à se jeter sur la porte. Cela faisait un boucan d’enfer, et il se faisait mal contre le bois. Il commença même à pester sur le fait qu’il ait acheté une porte d’aussi bonne facture. Mais à force de prendre tout le poids de l’employé de bijouterie, les gonds de la porte finirent par céder. Jérôme, qui ne s’attendaient pas à ça, tomba avec la porte. Encore par terre, ça aussi ça commençait à l’énerver. Il voulu se relever. Cependant, en faisant ça, il sentit deux bouts particulièrement pointus dans son dos…

- Saloperie de voleur ! Maintenant crocheter des serrures ne vous va plus. Maintenant il faut que vous défonciez des portes ?!

Jérôme n’en pouvait plus, il avait rameuté la garde avec ce bruit… En se retournant, il vit deux gardes pointer leurs lances sur lui. Il tenta de s’expliquer :

- Non attendez non… C’est chez moi ici et…
- Suivez nous sans faire d’histoire !
- Non mais j’ai oublié mes clés et…
- J’AI DIT SANS FAIRE D’HISTOIRE

Rien ne va plus. Maintenant il allait se retrouver au poste de garde sans personne pour veiller sur la pierre… Cependant :

- Attends… La porte est foutue...
- Effectivement. Il faudrait que l’un de nous reste ici pour surveiller l’endroit…
- Bon. Je vais ramener ce gugusse. Reste là en attendant. Je t’enverrais quelqu’un pour prendre la relève.
- Très bien.

Jérôme fut rassurer, au moins sa maison était surveillée. Donc il n’y avait aucun risque que la pierre se fasse voler. Il pouvait se soucier d’un autre problème qu’il avait sous les bras, il allait devoir expliquer aux gardes pourquoi il avait enfoncé sa propre porte. La nuit allait être longue. Il entendit le son d’une chouette le narguer.

Une chouette ?

-- TO BE CONTINUED


 




Dernière édition par Isis Nayu le Mar 28 Fév - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Codeur
Expérience : 50
Age HRP : 20
Localisation : Maina
Smiley face
MessageSujet: Re: Premier Envol [Solo] [Quête]   Mar 28 Fév - 22:36






 
Isis Nayu - Premier envol (IV)

 
Le 23 Février 1656

 

 
Avec :

 
Absolument personne.



 
 
Bien chez soi autrui

 

Isis était amusée. La situation n’aurait pas pu mieux tourner. Déjà elle savait maintenant que la pierre était caché dans une maison, elle savait exactement quelle maison, et en plus, elle en avait les clés. Avoir profité du moment où son propriétaire avait chuté dans une ruelle pour les subtiliser n’avait pas été simple, car sur le dos, l’accès aux poches était assez compliqué, mais il est resté affalé dans l’huile suffisamment longtemps pour qu’elle puisse le faire sans attirer son attention

Maintenant elle avait un autre souci, elle devait passer ce garde. Voir même s’en débarrasser, il allait très certainement l’entendre fouiller, elle devait l’éloigner. La voleuse se demanda alors… ne pouvait-elle pas simplement se faire passer pour la propriétaire des lieux ? C’était risqué, car elle était jeune, mais montrer qu’elle avait les clés pouvait à la rigueur dissiper les doutes du garde… Ca semble être un plan tout à fait valable.
Mahayid (la chouette) qui n’avait pas encore été révoquée commençait a grignoter l’oreille d’Isis.

- Aïe ! Nan mais oh ! C’est bon Mahayid, tu as fait du très bon boulot mais maintenant file !

Et la chouette fut révoquée dans un dernier hululement
La détrousseuse commença à se rapprocher de la porte de la maison et à se préparer psychologiquement pour mentir, elle n’était pas très forte dans ce domaine, donc ça lui demande une certaine concentration pour que ça ne se remarque pas.

- Qu’est-ce qui s’est passé…

Elle avait ralentit à l’approche de l’entrée totalement enfoncé et avait prit son air le plus étonné et effaré possible. Elle se tourna vers le garde :

- Vous pouvez m’expliquer ?
- Le couvre-feu est largement passé mademoiselle, rentrez chez vous maintenant !
- Mais c’est ce que je veux faire justement, et vous êtes premièrement sur mon chemin, deuxièmement sur ma porte
- Huh huh. Et vous pouvez m’expliquer POURQUOI vous rentrez aussi tard ?

Cette question avait pris au dépourvu la voleuse. En voilà des manières ! Mais si elle ne répondait pas, elle risquait de finir au trou, comme le véritable propriétaire des lieux.

- Je... J’étais parti en mission d’éclairage. La mission a failli mal tourner et on est revenu en ville plus tard que prévu.
- Huh huh… De l’éclairage hein ? Il faisait sombre en plein jour ? Haha !
- Mais non de l’éclairage, partir en éclaire-
- Je vous fais marcher, j’ai très bien compris ce que vous vouliez dire. Vous avez l’air d’avoir le physique approprié pour ce genre de mission… Par contre…

Il reprit une position plus assuré, plus officiel pour un garde.

- Rien n’indique que vous êtes le propriétaire des lieux, et je ne peux pas vous laisser passer sans preuve.

Isis s’y était préparée. Rien de dramatique. Elle sortit le trousseau de clé, se baissa et se mit au niveau de la serrure où elle introduisit les clés une par une.

- Pas celle-là… Ni celle-là…
- Vous ne connaissez pas vos clés ?
- Elles se ressemblent toutes et je viens d’emménager.

Le garde ne chercha pas plus. Cependant « l’éclaireuse » commençait à paniquer. Plus elle essayait de clés, plus elle avait l’impression qu’effectivement, le véritable propriétaire des lieux avait effectivement oublié ses clés. Et puis…
*Clic*
La peur laissa place au soulagement.

- Bon vous voyez, j’ai les clés de l’endroit… ce n’est pas une preuve suffisante ?
- Mouais… Bon très bien, j’imagine que je peux vous laisser rentrer.
- Ah merci.

Avant de passer dans une pièce voisine elle demanda :

- Et du coup, il s’est passé quoi ?
- Un voleur pas très subtil a enfoncé votre porte. Il avait très certainement essayé de la crocheter et vu qu’il y est pas arrivé… Bah il l’a enfoncé. On est arrivé pile au moment où la porte est tombée.
- Je serais remboursé ?
- Ah bah non… Ce n’est pas nous qui avons cassé donc non… Faudra voir avec le voleur s’il peut payer. S’il ne peut pas, ça sera de votre poche…
- Mais… C’est débile !

Le soldat haussa les épaules en réponse.

- Vous comptez rester ?
- Je dois attendre un collègue.
- Ah. Bon. Bah bon…

Ca n’arrangeait pas vraiment notre voleuse. Certes maintenant elle était rentrée. Mais maintenant ça allait être une autre paire de manche pour sortir. Le couvre-feu qu’à instaurer le sultan interdit d’être dehors après la tombé de la nuit. Elle règlera ce problème plus tard, elle avait du pain sur la planche.
Isis commença à fouiller les pièces que le garde pouvait ne pas voir. La maison n’était pas bien grande. Une cuisine peu utilisé, une pièce à vivre avec seulement une table et une triplette de chaise, une salle de soin avec juste une bassine et un trou, et enfin une petite chambre avec quelque livre. Elle fouilla à gauche et à droite, ne sachant pas vraiment où chercher.

- Punaise… Où est-ce qu’il a bien pu cacher cette foutue pierre… Réfléchissons…

Elle se posa sur le lit. Elle le tata et se rendit compte qu’une partie du lit était plus dur. Elle souleva le matelas et vit un coffret. Elle l’ouvrit, ou du moins tenta de l’ouvrir : la boîte était verrouillée par un cadenas à clé. Le trou de la clé était tout petit, et aucune clé du trousseau volé ne semblait correspondre.

- Bon et bien on va mettre à profit les ustensiles de mon ancienne guilde.

Elle n’aimait pas vraiment utilisé le matériel de crochetage de sa précédente guilde noire. Il portait de bon souvenir certes, mais il porte aussi maintenant le sentiment de trahison. Mais elle n’avait que ça sous la main, donc elle n’avait pas vraiment le choix. Elle commença a trituré le cadenas avec le crochet pour activer son mécanisme. Le crochet était gros ce qui rendais son utilisation compliqué et- *CLAC* - Il finit par casser. Ca arrive se disait Isis. Elle sorti un second crochet. A nouveau, elle l’introduit. *clic*, elle arriva à activer un mécanisme, *clic* puis un deuxième, et *CLAC* le second crochet fini par casser sur le dernier mécanisme. Isis pesta, elle n’avait pas l’habitude de passer autant de crochet sur ce genre de cadenas. Elle ne devait pas se rater sinon elle n’aurait plus de crochet, et devrait emporter tout le coffret, ce qui ne serait pas forcément pratique. Elle recommença. *clic* *clic*. Isis ralentit sur le dernier mécanisme, l’erreur n’était pas permise. Cependant celui-ci semblait plus dur, elle devait forcer d’avantage pour l’enlever. *CLAC* A l’écoute de ce son, la voleuse fut pris d’un frisson, elle retira son crochet et… il était intact quoi que légèrement tordu. Le cadenas s’ouvrit laissant à disposition contenu du coffre.

La voleuse prit la pierre dans la main. Le reflet de la lune qui passait par la fenêtre donnait un éclat à cette pierre de la taille d’un poing. Cela ressemblait à un gros diamant, brut. Isis passa la pierre devant la fenêtre.

- … Sérieusement ? Vraiment ?

Isis était quelque peu déçue. Elle mit la pierre dans sa sacoche, et prit la poudre d’escampette. Elle ne voulait pas repasser devant le garde, elle ouvrit donc un volet à l’arrière de l’habitation et passa par la fenêtre. La rue arrière était très calme, un peu sombre, mais suffisamment clair pour qu’on sache où on allait. La cambrioleuse ne demanda pas son reste et prit la direction des souterrains de Maina…

-- TO BE CONTINUED

 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Codeur
Expérience : 50
Age HRP : 20
Localisation : Maina
Smiley face
MessageSujet: Re: Premier Envol [Solo] [Quête]   Ven 3 Mar - 18:29




Isis Nayu - Premier envol (V)

Le 23 Février 1656


Avec :

Absolument personne.




Dans les rouages pas très fin de Maina.



- J’ai des questions !

- Et vous aurez peut-être des réponses.

Isis avait fouillé les bas-fonds de Maina pour retrouver son commanditaire. Un homme sous une grande cape noir cachant une bonne partie de son physique. Son visage fin reflétait une certaine sagesse, de la rigueur, mais aussi de la roublardise. Il semblait flotter dans une certaine sérénité.

- Mais moi d’abord : Comment s’est déroulée la quête que je vous ai confiée ?

La voleuse regarda l’homme et le défigura à moitié.

- Première question : Saviez-vous que le bijou que vous m’aviez demandé de récupérer était un diamant de 2 kilos ?

La chapardeuse sortit la pierre. L’homme sourit :

- Ohoh… Vous avez donc réussi. Bien joué, vous irez loin. J’imagine que la garder vous convient en guise de paiement ?

Isis resta silencieuse quelques secondes puis reprit :

- Deuxième question : Saviez-vous que la pierre était fausse ?

L’homme fut choqué d’entendre ça.

- Attendez voir, montrez moi ça ?!

Il se rapprocha pour prendre la pierre, cependant la jeune fille ne lui laissa pas le temps. Elle la lâcha et le joyau tomba en éclat, s’éparpillant un peu partout dans la pièce où ils se trouvaient. Le commanditaire était stupéfait. Il semblait avoir perdu la sérénité qu’il dégageait précédemment.

- Effectivement…

Il ramassa un morceau pour vérifier plus en détails.

- Je peux continuer ?
- Du verre… Vous pouvez toujours tentez.
- Qui êtes-vous ?

Il reprit son calme.

- J’ai bien peur de ne pas pouvoir vous laisser cette information. Après tout, vous-même vous êtes présentée comme « La patte voleuse ». Et puis mon nom ne vous apportera rien.
- Ça semble logique, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus important en fait.
- Hmm ?
- Qu’avez-vous à gagner à cela ? Vous donnez à une novice l’information qu’un gros diamant se balade dans une petite boutique et vous ne demandez rien en retour. Déjà, pour qui était cette pierre ? Pourquoi le patron était menacé de mort ? Et j’en reviens à la question d’avant : Qu’avez-vous à gagner dans le fait que cette pierre n’atterrisse pas dans les mains de celui qui l’a achetée ?

L’homme soupira.

- Vous posez beaucoup de questions. Faites attention, certaines informations ne sont pas forcément bonnes à prendre.
- Je préfère en savoir trop que pas assez
- Vous ne direz pas la même chose le jour où des assassins vous trouveront endormie dans votre lit.
- Je sais prendre soin de moi, merci.

Soupir supplémentaire.

- Vous êtes terriblement têtue…

Il fit les cent pas pour réfléchir un peu puis il se dirigea vers la porte, la ferma et reprit.

- Pour répondre à votre seconde question, mais je pense que vous l’aviez compris, non, nous n’étions pas au courant que le diamant était un faux. Je pense que vous vous doutez également que le client qu’avait Michel n’était pas un de ces habitués.

Il fit une pause

- Mais réfléchissez un petit peu. Il n’y a pas énormément de personnes dans cette ville qui peuvent autant faire pression…
- Je n’ai pas envie de jouer aux devinettes.
- Allons, allons… Si vous comptez gravir les échelons, vous devez avoir la réflexion à la hauteur de votre curiosité, sinon vous finirez rapidement avec un couteau dans la gorge.

Isis l’écouta et fit fonctionner ces méninges. On avait beau être dans la ville la plus dangereuse du continent, il n’y a pas tant de possibilités qui s’offre à son esprit. Le chef d’une guilde noire extrêmement puissante ? Ce serait étonnant que les guildes noires se mettent à faire les choses dans les règles. Mais à coté, qui d’autre peut être aussi influent en ville ? Qui si ce n’est…

Son fil de pensée fut interrompu :

- Toujours est-il, la pierre devait être remise demain au client et Michel y jouait sa vie. Mais il y a eu un hic.
- Le diamant était du verre.
- Exact. Vous êtes certaine qu’il n’y avait aucun autre gros diamant ?
- Certaine, Michel avait sermonné son employé pour qu’il protège la pierre coûte que coûte (bien qu’il l’ait mal fait au final…) et celui-ci m’a menée droit à celle-ci
- … On s’est fait doubler…
- Vous voulez dire… Par une autre guilde qui savait déjà pour la pierre ?

Une autre pause se marqua. L’homme à la cape dévisageait Isis, il ne semblait pas vouloir en dire plus

- Bon, je vous rappellerai peut-être. Tenez, prenez ça et filez

Il lança une petite bourse à Isis avec de quoi se nourrir pendant quelque temps. Elle hocha la tête et se dirigea vers la porte puis se souvint de son ultime question :

- Attendez… Si jamais le diamant était vrai, vous comptiez vraiment me le laisser ?

- Pourquoi pas ?

- En fait je vois surtout pourquoi : en faisant ça, vous vous débarrassez des preuves et ce « client influent » peut même se limiter à moi en temps que responsable, vous comptiez vraiment me donner en chair à pâté si ça venait à tourner mal ?

A nouveau le commanditaire afficha un grand sourire :

- On vous rappellera.

-- THE END



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
Smiley face
MessageSujet: Re: Premier Envol [Solo] [Quête]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier Envol [Solo] [Quête]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» premier envol [PV : Alyss]
» Le premier envol [quête avec Takias]
» Donnez nous des ailes... [Le premier envol. Pv Lysis]
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alma Setan :: Royaumes :: Maina-
Sauter vers: